Finale au 31 août 2019 dès 16 heures à la Dampfzentrale

Programme (PDF) à télécharger

16:00–16:40 (Turbinensaal)
DUO KLEXS
Léa Legros-Pontal, Viola
Silke Strahl, Saxophon/Tubax

Matthew Shlomowitz (*1975)
Letter Pieces für Viola und Saxophon
V. Northern Cities (2008)

Mauro Hertig (*1989)
Our Ear für Viola und Saxophon (2018)

Georges Aperghis (*1945)
Rasch für Viola und Saxophon (2001)

Garth Knox (*1956)
Jonah and the Whale für Viola und Tuba (1994), vom Komponisten autorisierte Transkription für Viola und Tubax von Silke Strahl (2017)

: : : : : : : : : : 

16:45–17:25 (Turbinensaal)
Till Lingenberg, Schlagzeug

Pierre Jodlowski (*1971)
Time & Money für Schlagzeug und Elektronik (2003)
Erster Teil:Le cube

Michael Jarrell (*1958)
Assonance VII für Schlagzeug solo (1992)

Pierre Jodlowski
24 Loops für Schlagzeug und Tonband (2007)

– Pause —

18:00–18:40 Turbinensaal
Chiao-Yuan Chang, Schlagzeug

Akira Miyoshi (1933–2013)
Ripple für Marimba solo (1999)

Till Lingenberg (*1996)
Corpus für Schlagzeug und Elektronik (2019, Uraufführung)

Pierre Jodlowski
Time & Money für Schlagzeug, Elektronik und Video (2003)
Erster Teil:Le cube

: : : : : : : : : 

18:45–19:25 Turbinensaal
CONCEPT STORE QUARTET

Alicja Pilarczyk, Violine
Pablo González Balaguer, Saxophon
Nejc Grm, Akkordeon
Guillem Serrano, Schlagzeug

Tobias Krebs (*1993)
Schiefer (2019, Uraufführung)

Stylianos Dimou (*1988)
Sur les traces de la fissure (2018)

 John Menoud (*1976)
Ars moriendi (2019, Uraufführung)

– Apéro riche auf Einladung der Association du Concours Nicati (Foyer) –

20:00–20:45 (Kesselhaus)
OPEN SPACE
Présentation du projet vainqueur 

«LE GRAND PLONGEON»

Kollektiv IиTERиATIOиAL Totem (KIT)

Léo Collin
Nuria Khasenova
Kay Zhang

L’Atlantide a-t-elle vraiment existé ? Où et quand ? C’était seulement dans l’esprit de quelqu’un ? Un rêve ou un cauchemar peut-être ? L’Atlantide est le symbole de terribles catastrophes naturelles, mais elle peut aussi être interprétée comme un signe de conflit social et ethnique. C’est juste devant nous.

Le grand plongeonest une investigation performative sur le mythe d’Atlantide, avec comme fil conducteur la pièce d’orchestre éponyme Atlantis(1995) de Peter Eötvös. Le grand plongeonmet en scène trois musiciens performers, dans un contexte de bar-restaurant un peu perdu, situé dans une cité délaissée par les exodes successifs.

Le titre vient du franco-américain archéologue Augustus Le Plongeon, qui aurait passé sa vie à spéculer sur l’emplacement du continent perdu l’Atlantide. Ce pronostic (rétrospectivement) fut finalement un moteur pour donner un sens à sa vie. Cela est inspirant, surtout compte tenu de notre impossibilité d’action face à la réalité contemporaine (crise climatique en particulier), surtout que cette dernière nous ai rapporté toujours par les médias. Le fait de pronostiquer, de prédire, n’est-ce pas aussi une participation à la vie?

Atlantis est toujours une utopie : nous prouvons que nous musiciens contemporains, à la fois multi-instrumentaux et transdisciplinaires, sommes capable de défendre un répertoire qui leurest cher, dépassant leur nomenclature réduite et leur discipline. La transcription, c’est retrouver l’esprit de liberté de la musique de chambre : jouer des pièces de grande augure (symphoniques ou opéra) avec des proches.

Notre transcription est aidée par le traitement en temps réel, l’échantillonneur, scénographie par la vidéo et le texte. Ce format vidéo-opéra permet de faire des aller-retours entre la partition et des archives, des commentaires ainsi qu’une recontextualisation contemporaine.

L’apport du traitement en temps réel permet de démultiplier les possibilités des instruments : Avoir une voix d’enfant, jouer un orchestre de cuivres avec un clavier midi, rajouter toutes sortes d’effet comme le delay, la réverbe, le filtrage – importants pour épaissir le son – et à terme avoir une sonorité orchestral à un nombre réduit. Les compositeurs de musiques de film connaissent cette technique : rajouter un synthétiseur qui joue un orchestre à cordes à un quatuor à cordes permet l’illusion de sonner comme un professionnel orchestre symphonique. On reste fidèle alors à la partition d’Eötvos, puisqu’il a lui même utilisé très bien ce principe dans la partition d’Atlantis, en ajoutant des synthétiseurs, des choeurs virtuels et une guitare basse.

: : : : : : : : : : 

Ab 21:00 (Foyer) 
Festliche Preisverleihung und Ausklang mit DJ MuchaMuchacha

Pour de plus amples informations, veuillez cliquer ici.

Catégorie

Interprétation

Pour la neuvième fois, le Concours Nicati invite des jeunes musicien·ne·s à présenter des concerts constitués d'oeuvres de musique contemporaine.

En savoir plus
Catégorie

Open space

La nouvelle catégorie est destinée aux diverses démarches musicales et sonores novatrices et ouverte à l’association de toutes autres formes d’expressions artistiques. Les candidat·e·s sont invité·e·s à présenter des projets performatifs se distinguant de la forme du concert telle qu’admise dans la catégorie « Interprétation ».

En savoir plus
Wolfgang
Heiniger
Président du jury
Luisa
Castellani
Wilhem
Latchoumia
Barbara
Streil
Mike
Svoboda
Julie
Beauvais
Présidente du jury
Stefan
Wirth
Katharina
Rosenberger
Anne
Gillot
Charlotte
Hug